Le phénix

J’ le r’vois encore s’envoler vers la mort en sifflotant
Descendre au fond des pentes pour prendre de l’ élan et des coups d’ vent
Vu, tenter obstinément de franchir les océans qui étaient trop grands
Voilà, il vole et il prend des risques
Mais quand il s’ fait descendre
Il renaît de ses cendres…le phénix

Il cherche quelque chose à faire sur cette foutue planète
Et ça lui prend vraiment la tête
Des vies, il en a tellement, qu’i’ sait plus comment
Occuper tout c’ temps

Fonçant à toute allure, rase-mottant la verdure, il s’ met la tête dans les murs
Avec du plomb plein les ailes, l’orage dans l’ ciel et des trains au fond des tunnels
Mais rester en état, ça l’intéresse pas, lui c’ qu’il aime c’est rentrer dans l’ tas
Alors il vole et il prend des risques
Mais dès qu’i r’naît d’ ses cendres
C’est pour se faire descendre…le phénix

Il cherche quelque chose à faire sur cette maudite planète
Et ça lui prend vraiment la tête
Des vies, il en a tellement, qu’i’ sait plus quoi faire avec,
I’ sait plus quoi faire, il cherche…

Alors il en fait des tonnes, n’est là pour personne,
Déconne à mort depuis des plombes, que son âme vagabonde aux 4 coins du monde
Sans toucher une seule colombe
Il tire une de ces gueules, il tire une de ces gueules
Il en croise vraiment pas une seule
Et maintenant, il prend plus d’ risques
Il veut plus s’ faire descendre
Ou renaître de ses cendres…le phénix

Il cherche quelque chose à faire sur cette putain d’ planète
Et ça lui prend vraiment la tête
Une vie, c’est tellement, qu’ i’ sait plus rentrer d’dans
I’ sait plus rentrer

 

Sylvain Créach

Si vous voulez nous suivre, nous laisserons tomber des newsletters sur le chemin...