Les âmes volantes

Vanesses et Naïades, Adonis et Gammas,
Font la nage papillon sans les jambes sans les bras
Leur vie, elle est plus là, comme ça nous arrive tous,
Et pour certains, comme ça, elle est un peu plus douce
Batt’ments d’ailes à Tokyo, les tornades à New York
Un matin s’ lever tôt pour nourrir les cloportes,
Là où la mort nous couche et en un dernier souffle,
Laisser s’en aller l’ papillon qu’on avait dans la bouche…

Cuivrés écarlates, Zygènes et Argus d’ Eugène,
Safranés et Monarques,en nœud pap’ les Phalènes
Proserpine, les quatre ailes en éventail
Les Bombyx étoilés, au-d’ssus des champs d’ bataille
Y’a des Faux Apollons, des Pachas, des Morios,
Et des Sphinx tatoués d’une tête de mort dans l’ dos
Tu vis la vie qu’ tu veux, quand on t’ ferm’ra les yeux,
Ça f’ra qu’un papillon d’ plus à clignoter dans l’ ciel bleu

Géomètres ou Lycènes,Thysanies, Macaons,
Erébias, Apollos, Nacrés et Coryndons,
Nous échappent du corps, emportant nos couleurs,
Petits tableaux volants s’élevant au-d’ssus des fleurs
Et on fait tous l’affaire, c’ est du pareil au même,
Pour notre bonne vieille terre peuplée de chrysanthèmes
Quand la mort nous prend tout, nous prend tout c’ qu’ on lui doit,
Nos papillons, eux, s’ glissent in extremis entre ses doigts

Et on fait tous l’ affaire, c’ est du même au pareil,
Pour notre bonne vieille terre qui s’ la coule au soleil
Quand la mort s’ pointe à l’heure avec son cran d’ arrêt,
Nos papillons, eux, s’ faufilent tous à travers ses filets

 

Sylvain Créach

Si vous voulez nous suivre, nous laisserons tomber des newsletters sur le chemin...